En poursuivant votre navigation vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies sur votre ordinateur, utilisés pour améliorer les fonctionnalités et l’utilisation de ce site ainsi qu'à des fins analytiques.

Les différentesPsychothérapies

On distingue plusieurs thérapies qu’il convient de détailler, elles peuvent traiter les mêmes troubles mais utilisent des outils et une théorie diff&...

On distingue plusieurs thérapies qu’il convient de détailler, elles peuvent traiter les mêmes troubles mais utilisent des outils et une théorie différente, le temps de la thérapie est variable en fonction des objectifs.


En découvrir plus
La thérapie psychanalytique :

            En cure individuelle, en face à face ou sur le divan.

            Durée : long terme 2 à 3 ans.

            Traitement des psychonévroses par l’observation et l’analyse de  l’inconscient.

Ce qui se passe chez le psychanalyste :

Les patients partagent lors d’entretiens réguliers une part de leur vie intime. L’échange du patient envers l’analyste repose sur la notion de transfert, elle permet à l’analysé d’actionner les rapports souvent conflictuels émanant de l’enfance. Le but est de retraverser ces scènes infantiles chargées d’affect et souvent traumatiques et qui s’expriment sous la forme de symptômes. Le psychanalyste écoute dans une neutralité et sans jugement pour le récit du patient.

L’analyse est rendue possible par le moyen d’associations libres d’idées ou de représentations amenées par le patient sur le divan. C’est le lien entre ce passé et l’actuel qui permet la résolution du symptôme et qui désamorce ce qui nuit au patient et l’empêche de se réaliser.

La psychothérapie cognitive et comportementale :

            Thérapie brève individuelle en face à face.

            Durée : moyen et court terme de quelques mois à un an.

            Traitement des troubles alimentaires, insomnies, phobies, addictions, obsessions, dépressions, troubles psychosomatiques.

Ce qui se passe chez le psychothérapeute cognitivo-comportementaliste :

Le patient et le thérapeute définissent ensemble au terme de la demande du patient un travail commun et pour une durée déterminée. Le thérapeute préconise après l’analyse du comportement de son patient et de ses symptômes diverses pistes. Le but étant de venir à bout de ce qui suscite une réelle souffrance. Le thérapeute cherche à l’aide de tests la nature même des symptômes. D’autre part, entre les séances des exercices visant à confronter le patient aux situations angoissantes de la vie courante sont mis en place. Ces défis comportementaux sont racontés par le patient au thérapeute à chaque séance. Ce dialogue permet l’évolution et le réajustement du traitement.

La psychothérapie systémique :

            Thérapie familiale, le patient est traité dans son environnement familial.

            Durée : court terme.

            Traitement des conflits dans un groupe familial ayant pour conséquence des comportements addictif, violent.

Ce qui se passe chez le psychothérapeute systémique :

Le thérapeute agit sur l’ensemble du système familial, le patient pris en charge est perçu comme représentant de cette entité, le thérapeute traite donc les problèmes et dysfonctionnements inhérents aux différentes relations parentales qui ont été le foyer de développement de la personnalité du patient. Les thérapeutes systémiques animent les séances à deux généralement, ils observent et agissent si nécessaire sur les membres de la famille durant leurs échanges. Au terme des séances les thérapeutes délivrent leur conclusion et conviennent d’exercices à mettre en place au sein du foyer.

La thérapie humaniste :

            Thérapie brève de type Gestalt, analyse transactionnelle, PNL.

            Durée : court terme.

            Traitement des modes relationnels sociaux, culturels, familiaux professionnels…

Ce qui se passe chez le psychothérapeute humaniste :

En gestalt thérapie, le patient doit prendre en considération le ici et maintenant (le self), son corps, son être interagissant face à son environnement. Le patient après cette prise de conscience considère toutes les possibilités qui s’offrent à lui et sa capacité à évoluer dans plusieurs situations ou champs grâce au cadre relationnel apporté par le thérapeute. C’est une relation sensible entre le patient et le thérapeute qui pousse le patient à changer ses modes relationnels et ses perceptions au monde. Les outils sont divers jeu de rôle, dessins…

Dans l’analyse transactionnelle, la relation thérapeute/patient est de type contractuelle, elle vise des buts avec une responsabilisation des enjeux. L’objectif est d’analyser ses transactions entre le moi du patient et les personnes qui l’entourent. Dépasser, voir casser le scénario dans lequel le patient est inscrit depuis l’enfance et qui représente un obstacle à son épanouissement, c’est la visée de la thérapie transactionnelle.

Les autres formes de thérapie :

L’E.M.D.R, thérapie oculaire par traitement de désensibilisation, les troubles de l’anxiété s’inscrivent dans une dynamique neurologique : une perception oculaire et une mémorisation d’éléments traumatiques qui fixent l’émotion dans le cerveau cognitif.

Thérapie psychocorporelle, bio feed back, toutes formes de relaxation ou exercice de bioénergie et art thérapie, le corps est au centre du traitement thérapeutique et véhicule de la guérison.

Thérapie de couple, conseil conjugal, sexothérapie, thérapies systémique en couple et thérapie analytique.

Thérapie de groupe, action de miroir au sein du groupe, chaque membre visualise et ressent chez les autres ses propres modes de défenses et réactionnels, le partage de ces mauvais ressentis représentent l’outil thérapeutique. 

Méthode Vittoz, psychodrame, hypnose ericksonienne...          

           Durée : court et moyen terme.