En poursuivant votre navigation vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies sur votre ordinateur, utilisés pour améliorer les fonctionnalités et l’utilisation de ce site ainsi qu'à des fins analytiques.

Les différentsTroubles

Vous traversez un moment délicat, une épreuve difficile, une relation compliquée ou une crise existentielle qui vous empêche d'avancer. Vous cherchez &agrav...

Vous traversez un moment délicat, une épreuve difficile, une relation compliquée ou une crise existentielle qui vous empêche d'avancer. Vous cherchez à élargir votre horizon et vos connaissances sur vous même pour vous épanouir. Il existe une multitude de raison pour consulter un psy à n'importe quel âge et à chaque étape de la vie. La thérapie est une démarche personnelle, BE<span class="my">my</span>PSY vous accueille et vous informe avant de vous proposer une consultation avec le psy de votre choix en ligne.

Une refonte des classifications a vu le jour au 20ème siècle et ne cesse encore d’évoluer, nouveaux noms, séparation des maladies nerveuses et des psychoses, mutation de maladies connues, découverte de nouveaux troubles par l’observation et le dépistage précoce chez les sujets les plus jeunes, appréhension et vision globale des troubles psychologiques par l'ethnologie, la sociologie, l’archéologie, la médecine, les neurosciences etc…Le champ des troubles mentaux s’est élargie autant que le champ des applications et le développement significatif des traitements.


En découvrir plus
Troubles du développement dans l’apprentissage du langage et de l’écrit, l’hyperactivité

On regroupe sous l’appellation troubles du développement l’ensemble des troubles cognitifs.

Dyslexie, dysphasie, dyspraxie, dyscalculie, dysgraphie sont des troubles qui touchent tout type d’individus, dans tous les milieux socioculturels.

Ils se distinguent cependant de toutes autres pathologies qui impliquent une déficience mentale ou sensorielle.

On a identifié ces sujets souffrant de dys…grâce à l’observation des difficultés d’apprentissage des enfants en milieu scolaire.

D’autres troubles du langage existent comme le bégaiement.

Les neurosciences ont aussi contribué au diagnostic de ces troubles, l’observation de lésions cérébrales s’ajoutent aux facteurs d’acquisition du langage.

Ce qui se passe chez le dyslexique :

Il connait des complications dans l’apprentissage du langage et de l’écrit, il souffre de dissociation phonétique entre les sons et les lettres, il inverse les syllabes. Le sujet dyslexique a également des difficultés de repères spatio-temporels.

Ce qui se passe chez le dysphasique :

Il connait des difficultés dans l’apprentissage du langage oral, son expression est minimaliste et souvent désorganisée.

Ce qui se passe chez le dysgraphique :

Il connait des problèmes dans la coordination de ses gestes qui entravent son écriture et rendent son expression graphique brouillon et illisible.

Comment on se soigne ?

Les orthophonistes proposent des mesures rééducatives et des aménagements pédagogiques autour de l’enfant scolarisé. Certaines psychothérapies sont proposées en soutien pour explorer la dimension affective.

L’hyperactivité ou TDA/H regroupe un ensemble de difficultés tant dans le comportement que dans l’apprentissage de l’enfant ainsi que divers symptômes associés comme l’anxiété, les tics…

Cette difficulté d’organisation et d’adaptation à son environnement lui rend difficile la relation aux autres.

On trouve une explication dans la réunion de plusieurs facteurs génétiques, héréditaires, constitutionnels et environnementaux.

Ce qui se passe chez l’hyperactif :

Le jeune hyperactif est turbulent, il connaît des difficultés dans ces études, il se met facilement en danger à travers des comportements et des pratiques à risque, il a d’importantes difficultés relationnelles qui si elles perdurent rendront instable sa vie de couple ou professionnelle. Dans le meilleur des cas les symptômes disparaissent après l’adolescence, dans le cas contraire un glissement vers d’autres troubles sont fréquents.

Comment on se soigne ?

Il n’existe pas à ce jour de traitement curatif, les mesures médicamenteuses et éducatives sont utilisées afin d’adapter au mieux le sujet à son environnement social, scolaire et familial. L’hyperactivité nécessite une prise en charge pluridisciplinaire par des orthophonistes, psychologues , psycho-motriciens, éducateurs…

Troubles du comportement alimentaire

C’est un des maux les plus significatifs de notre époque, le contrôle ou la perte de contrôle comme expression de la réussite ou de l’échec agit comme la cristallisation des TCA : anorexie, boulimie et hyperphagie.

Les TCA sont issus d’un maillage complexe lié à la nature même des relations. La dimension orale de ces troubles interrogent sur la relation  parentale mère-enfant dans son rôle nourricier à la fois affectif et terrestre (modèle socioculturel, facteurs environnementaux divers).

Ce qui se passe chez l’anorexique :

L’anorexique mental réunit trois symptômes : la perte d’appétit, l’amaigrissement brutal et l’absence de règle (aménorrhées). Le sujet n’a pas conscience de son image et de sa maigreur morbide, il peut refuser de s’alimenter totalement avec un risque de mortalité aigu ou alterner des épisodes de jeun et de boulimie pour maintenir un poids minimum.

Ce qui se passe chez l’hyperphagique :

L’hyperphagique ingère de grandes quantités de nourriture pour compenser des états anxieux.

Ce qui se passe chez le boulimique :

Le boulimique souffre de compulsions incontrôlables d’ordre alimentaire répétées quotidiennement (raptus alimentaire), le sujet consomme une quantité massive d'aliments riches et très caloriques jusqu’au dégoût coupable, ayant atteint la limite physique et psychique, il se force à évacuer ce contenu par des vomissements, des laxatifs ou des pratiques sportives excessives dans le but de ne pas grossir.

Comment on se soigne ?

Le traitement repose sur différents modes thérapeutiques et médicaux. Une armada de mesures sont proposées de l’hospitalisation pour isoler le sujet de son environnement familiale souvent la source de troubles relationnels, c’est le lieu de réapprentissages nutritionnels, relationnels et personnels à travers des thérapies comportementales ou analytiques et des ateliers d’expression.

Les troubles de l’humeur et de l’anxiété

Les causes de la dépression sont en grande partie biologique, en effet certaines hormones qui servent de régulation et de défenses physiologiques face à l’extérieur sont déficientes ou bien au dessus des taux normaux, les raisons psychologiques agissent aussi comme déclencheur de la dépression.

La vie est facteur de stress, cependant il existe deux types de stress, le premier est isolé et intense, le second est la conséquence de nos modes de vie industrialisés. Dans les deux cas le stress est une réaction de défense et de protection du sujet face à l’extérieur.

Le burnout est l’expression d’un épuisement total physique et émotionnel survenant dans différents plans comme le travail, la famille, le couple, il est consécutif à un surinvestissement face à une exigence jamais atteinte, toujours plus de tâches, de résultats etc…

Les TOC sont la réaction à une angoisse interne générée par des idées obsédantes, des rituels sont mis en place (nettoyage, vérification, comptage…) et se répètent jusqu’à la disparition de l’angoisse.

Les phobies sont fréquentes, elles se caractérisent par des peurs irraisonnées portées sur des objets extérieurs ou des situations spécifiques, animaux, grands espaces, foule, école…

Les causes dans les troubles de l’anxiété sont somatiques d’une part, il existe un dysfonctionnement des neurotransmetteurs, psychologique d’autre part, on parle de problèmes liés à la gestion de l’anxiété, La psychanalyse évoque la transformation et la projection d’angoisses internes archaïques vers des objets externes.

Ce qui se passe chez le dépressif :

Le sujet est envahi d’une grande tristesse qu’il ressent comme insurmontable, fortement déprimé, le dépressif broie du noir et voit le monde en négatif et sans avenir. Cet état angoissant le rend incapable de faire quoi que ce soit, sa volonté est comme anesthésiée, son attention est ralentie. Le rythme biologique s’en retrouve perturbé par des insomnies, un dérèglement de l’appétit ce qui rend une activité professionnelle ou une vie familiale très difficile.

Ce qui se passe chez le sujet victime d’un stress pathogène :

le sujet soumit à un stress post-traumatique ressent une agression, il se protège et lance l’alerte face au danger, dans l’autre cas, le stress peut épuiser psychologiquement et physiquement le sujet lorsqu’il se répète quotidiennement, dans le travail par exemple.

Ce qui se passe chez le sujet victime d’un burnout :

Le sujet s’est épuisé dans sa tâche comme si il n’en voyait jamais la fin, il n’est plus capable de ressentis, d’échanges, d’actions, désormais, il est replié sur lui même. Il se dirige vers un état dépressif sévère si il n’est pas traité.

Ce qui se passe chez le sujet victime de TOC :

Le sujet nourrit des peurs, des superstitions souvent irrationnelles qui le force à effectuer des rites pour conjurer le sort ou la peur d’être contaminé par exemple. Il se lave sans cesse, vérifie toutes les portes ou fenêtres toujours dans un même ordre.

Ce qui se passe chez le sujet phobique :

Face à une situation ou un objet dit phobogène, le sujet est submergé d’angoisse, paniqué, il cherche à fuir à tout prix pour ne plus y être confronté.

Comment on se soigne ?

La dépression et les différentes formes d’anxiété doivent faire l’objet d’une prise en charge pluridisciplinaire en raison des risques encourus, médicale (antidépresseurs, anxiolytiques, inhibiteurs…), psychothérapeutique (thérapies, cure analytique) et diverses (relaxation, ateliers d'expression, accompagnement social et professionnel)

Les troubles sexuels

C’est à Sigmund Freud et à sa théorie sur la sexualité que nous devons la citation « l’homme est un pervers polymorphe » dans le développement psycho-sexuel de l’enfant, différents stades sont traversés et visent la satisfaction d’une pulsion sexuelle issue de la libido. L’objet de cette satisfaction est auto-érotique, il évolue des zones buccale, anale, puis phallique ou urétrale avant de s’organiser à la puberté sous le primat génital (organe sexuel).

La psychanalyse définit les perversions par une fixation aux stades antérieurs à la génitalité. Le but et/ou l’objet de la pulsion libidinale sont déviés vers un autre objet/but comme pour les fétichistes, les pédophiles, les sadomasochistes etc…Freud nie donc une quelconque dégénérescence dans les perversions ou paraphilies.

Ces passages à l’acte sont pour certains répréhensibles et condamnables.

Ce qui se passe chez les paraphiles :

Il cherche la satisfaction immédiate, il considère l’autre comme un objet et agit sans aucune empathie, c’est la jouissance qui est recherchée comme un absolu et la manipulation est l’outil du pervers.

Comment on se soigne ?

Le traitement médical est souvent préconisé dans le cas de passages à l’acte délictueux et criminels pour inhiber la pulsion et empêcher la récidive. Certaines psychothérapies visent à revenir sur ces fixations et à rétablir une sexualité relativement normale.

Les troubles psychotiques, de la personnalité et états limites

Contrairement aux maladies nerveuses, les troubles psychotiques sont des troubles mentaux dans lesquelles la personnalité de l'individu est profondément atteinte, le psychotique est inadapté socialement et hors de la réalité.

Les psychoses regroupent le maniaco-dépressif ou bipolaire, le schizophrène, le paranoïaque et le narcissique.

D’autres états limites se trouvent aux frontières de troubles psychotiques.

Les causes sont multi-factorielles, l’hérédité, la génétique, les traumatismes infantiles…

Ce qui se passe chez le schizophrène :

La schizophrénie se déclenche chez le jeune adulte et se caractérise par une dissociation de la personnalité, une discordance affective et une activité délirante incohérente, ces symptômes entraînent une rupture avec le monde extérieur et un repli sur soi.

C’est un sujet timide et effacé qui fuit le contact, il ne peut exprimer ses sentiments, il est froid et souvent sujet à des obsessions.

Ce qui se passe chez le bipolaire :

Cette psychose se manifeste au cours de la vie par des phases d'excitations maniaques (exaltation de l'humeur) et de dépressions mélancoliques, séparées ou combinées, elles alternent avec des phases d’une apparente normalité. Dans les accès maniaques, il existe une hyperactivité avec perte de sensations de fatigue, une sorte d’euphorie intellectuelle, face à un entourage hostile le sujet devient colérique. Dans les accès mélancoliques le sujet souffre d’asthénie, d'anorexie, d'insomnie, d’une grande douleur morale (désespoir et pessimisme) et une intense culpabilité (auto-accusation).

Ce qui se passe chez le paranoïaque :

Le délire paranoïaque s'installe entre 35 et 45 ans, c'est une psychose chronique caractérisée par un délire hallucinatoire. La paranoïa est un trouble de la personnalité plus fréquente chez l'homme et dans les couches sociales favorisées. C’est un mode de défense contre des pulsions homosexuelles latentes dont le sujet n'a pas conscience et qu’il projette sur autrui.

Il se surestime et fait preuve d’autoritarisme parfois agressif, il doute et se méfie de tout ce qui le pousse parfois dans des délires de jalousie. Il a une grande difficulté à se remettre en cause. Il craint le monde extérieur.

Ce qui se passe chez le borderline :

C'est un état aux formes polymorphes dont les frontières restent floues, l’angoisse apparait comme le trait le plus constant chez le borderline, il y a de profondes distorsions dans la relation entre soi et autrui et une faille narcissique qui amène à une mésestime de soi. Il existe une peur de l’abandon. Le sujet cherche à éviter absolument l’objet qu’il craint de perdre par peur de la fusion et l’absorption de celui ci.

Souvent victime d’états dépressifs, il souffre d’une dépendance à l’autre, à l’alcool, à la drogue, il a des conduites instables et impulsives parfois perverses ou phobiques, le passage à l’acte est imprévisible (suicide).

Ce qui se passe chez le narcissique :

Le sujet narcissique jouit d’une très haute estime de lui qui se manifeste par un délire de grandeur, il considère qu’il est au dessus des autres sujets et que le monde est au service de ses satisfactions.

Le pervers narcissique souffre lui d’une forme de mégalomanie et a la volonté de prendre le pouvoir sur l’autre pour se satisfaire et le détruire.